CDELEBRATION JEUNESSE PALLOTTINE 2014

 LA JEUNESSE PALLOTTINE FAIT UN RETOUR AUX SOURCES

Il est de tradition dans la Région sainte Trinité Cameroun-Nigéria que la célébration de la journée des étudiants pallottins ait lieu le 11 février, en même temps que la jeunesse camerounaise est en fête. En cette année 2014, elle s'est déroulée dès neuve heures, dans la communauté du théologat pallottin : Maison Pallotti. Trois articulations ont meublé son contenu, à savoir : la conférence organisée par les étudiants ; le renouvellement de la consécration et la collation des ministères ; et un match de football.

La conférence organisée et animée par les étudiants avait pour thème : « Henri VIETER et ses compagnons : modèle d'appartenance et d'engagement ». Autour du Frère Augustin Bérenger Essomba qui assurait la modération, les Frères Emmanuel-Achille ELE et Serge MOMENDENG, dans leurs propos, nous permis de rentrer aux sources de notre être-pallottin en général et surtout de notre statut de membres la Région sainte Trinité Cameroun-Nigéria. Ils ont traité respectivement de l'«appartenance et engagement chez Pallotti » et de « Henri VIETER et ses compagnons : modèle d'appartenance et d'engagement ». Nous retenons d'eux deux leçons. D'une part, l'appartenance et l'engagement désignent une conduite visant à assumer de façon pleine et active une entreprise, une participation, en tenant compte de l'autre en tant partenaire dont on ne saurait se passer. Dans la pratique, elle met en relief à la fois l'implication, la responsabilité et le rapport d'avenir. Chez Pallotti cette conduite se rapporte à l'idéal de la fidélité à l'amour de Dieu. La persévérance est la promesse pallottine qui rend le mieux visible l'appartenance et l'engagement dans notre vivre-ensemble en tant que pallottins.

Cependant, cette conduite souffre des entraves aux niveaux personnel et communautaire. Au niveau personnel, l'on note le désintérêt de la vie communautaire, la désinvolture, les railleries et l'humour noir, le désir de la richesse et de la réalisation des ambitions égoïstes, l'attachement désordonné à la famille et aux amis, l'attachement très poussé aux aînés et le dénigrement de la communauté en présence des personnes de l'extérieur. Au niveau communautaire, l'on observe la fraternité déchirée par l'individualisme, l'infantilisation des membres de la communauté, le refus des talents individuels par la communauté et le manque d'affection et de solidarité mutuelles. D'autre part, en tant que jeunesse pallottine qui rêve d'un avenir meilleur pour sa Région, les valeurs que nous devons nous approprié englobent entre autres : la volonté d'être de vrais chrétiens radicalement configurés au Christ ; l'acceptation d'une vie de sacrifice, humble, fraternelle, joyeuse, enracinée dans le témoigne de l'espérance en Christ ; et le souci permanent de faire collaborer harmonieusement nos différents talents, tout en vivant en bon citoyen.

Après les échanges qui ont suivi l'exposé du thème de la conférence, l'on a observé une longue pause, dans l'attente de la clôture de la rencontre des formateurs. La messe qui a immédiatement suivi ce temps de relaxation était présidée par le Père Bruno ATEBA EDO, Recteur de la Région sainte Trinité Cameroun-Nigeria, en présence de près d'une quinzaine de confrères prêtres. La chorale était assurée par les étudiants pallottins du philosophat (Maison Vieter). L'homélie du jour a été prononcée par le Père Georges BIDZOGO, sac venu d'Afrique Sud. Toute sa méditation portait sur l'évangile selon saint Marc (Mc 7,1-13). Il a longuement insisté sur le verset 5 qui contient cette question posée à Jésus: « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ?». Pour nous inviter à son tour à revisiter les sources de notre être-pallottin, il nous a posé cette série de questions : « Chers confrères, quelle est notre tradition en tant que pallottins ? Sur quoi pouvons-nous fonder notre fierté pallottine ? Qu'est-ce qui nous distingue, de nos jours, des autres consacrés dans l'archidiocèse de Yaoundé ? ». Il a conclu sa méditation en nous rappelant qu'en tant pallottins de Région sainte Trinité, nous avons pour Tradition l'expérience spirituelle de notre Père Vincent Pallotti et le vaste héritage missionnaire laissé par Monseigneur Henri Vieter et ses compagnons. Efforçons-nous de l'actualiser au quotidien.

Au cours de cette célébration eucharistique, les Frères Lawrence IVOKE, Jude NEBEIFE Anulika, Stanley EZEKELUDO, Henri CHIAFOR et Vincent OBI ont renouvelé leur consécration. Le Frère Fidélis ANAJEKWU a reçu le ministère de lectorat. Les Frères Luc Armand MEKONGO, Jérôme Styve DJAGUEU, Joël Fabrice EBANDA EBANDA, Serge Magloire MOMENDENG Christian NGOMAYO et Marcellin NLEND ADE quant à eux ont reçu le ministère d'acolytat. Un repas festif a réjoui le cœur de tous ceux qui ont participé à cet évènement. La journée s'est terminée autour du ballon de football au stade de l'école catholique de Mvolyé.

Le match de football qui a opposé la communauté du philosophat (Maison Vieter) et celle du théologat (Maison Pallotti) s'est déroulé dans un esprit de fraternité. Chacune des équipes voulait absolument remporter la victoire. Hélas, la rencontre s'est achevée sur un score de parité d'un but partout. Dommage ! Le Frère Jude de Maison Vieter s'est blessé à la lèvre inférieure de la bouche en début de match. Heureusement ce n'était pas un accident grave.

Fr. Christian NGOMAYO, SAC.