CONGRES DE LA REGION SAINTE TRINITE

CONGRES DE LA REGION SAINTE TRINITE

Thème : « A l'école de Saint Vincent PALLOTTI : vivre notre charisme et notre spiritualité aujourd'hui. »
Du 2 au 3 mai s'est tenu à la Maison Pallotti le congrès de la Région. Tout commence par la prière de la litanie à Saint Vincent Pallotti, dirigée par le Supérieur Régional, P. Bruno Ateba. Après quoi, dans son mot d'ouverture, le Recteur Régional précise pourquoi nous tenons un congrès plutôt qu'une Assemblée : c'est le cinquantième anniversaire de la canonisation de notre Fondateur, St Vincent Pallotti. Reprenant les mots du Recteur Général, le Père Bruno Ateba dira que cet anniversaire devrait aider les confrères à redécouvrir le charisme de notre St Fondateur, l'amour de Dieu et la charité fraternelle, sans lesquels l'apostolat ne serait qu'un activisme. Il rappelle les raisons de certaines absences.
Après ce mot d'ouverture, le Père Joseph Jules Nkodo, vice Recteur Régional, donne une conférence qui avait pour thème : « La vision prophétique de Saint Vincent Pallotti dans son temps. » Rappelant le contexte de naissance et de travail de Pallotti (1795-1850), au lendemain de la Révolution française, où l'Église vivait le mépris, voire la haine, l'hostilité de la société de son temps, Pallotti a eu l'originalité de la Collaboration, non seulement comme état d'esprit, mais aussi comme tactique de travail. Comment réussir à convertir le plus de monde à la foi si l'on ne s'associait pas toutes les forces vives ? C'est pour dire que le travail était intense. Pallotti dût lui-même retrousser les manches, comme confesseur, répétiteur, aumônier, assistant des malades et il s'associa tout le monde : d'où l'idée de coopération qui est, selon Pallotti lui-même, « le plus divin de tous les dons. » Après cet exposé, il y a eu le travail en carrefour qui a favorisé de fructueux échanges. A 13h00, après le Regina caeli, nous avons eu un repas suivi d'autres échanges fraternels.

L'après-midi, nous avons lu le rapport du Recteur Général, le Père Jacob Nampudakam, après sa visite canonique au Cameroun et au Nigéria ; un rapport qui félicite la Région, puisqu'il «n'a pas trouvé dans la Région de situations alarmantes », mais en même temps un rapport qui stimule à l'effort, nous invitant d'une part au renouvellement spirituel et d'autre part, à trouver en nous les sources d'autonomie financière. Après ce rapport, nous avons écouté un deuxième entretien donné par le Père Francis Bitchong sur « les défis actuels de la Région ». Soit une vingtaine nous invitant à nous sentir chacun responsable, adulte, pour construire la Communauté. La communauté, a-t-on relevé durant les échanges, est comme un bateau : s'il coule, tout le monde coule. D'où la nécessité, chacun, de donner le meilleur de lui-même, et de l'œuvre qu'il gère, pour la croissance spirituelle et matérielle de la communauté. Dans ce sens, l'une des mesures a été que l'Économe Régional, qui ne devrait pas se limiter au contrôle de sa caisse, puisse passer de communauté en communauté pour discerner avec les confrères ce qu'ils peuvent donner, selon qu'ils travaillent dans des zones urbaines ou rurales. Une évidence : tout le monde peut donner quelque chose à la communauté, et en retour, la communauté a besoin de tout le monde.

La journée du 3 mai a été consacrée à la présentation de la situation légale de la Région, les projets, les informations et la messe de clôture.

Que Dieu bénisse notre Région !