UNION DE L'APOSTOLAT CATHOLIQUE

 Pallotti rêvait davantage d'une Église en mouvement...

Répondant à cet appel de Dieu, Vincent Pallotti fonde en 1835 l'Union de l'Apostolat Catholique. Évidemment, ce n'était pas une chose nouvelle qu'un laïc ou des laïcs aident un prêtre dans son apostolat. Mais que des laïcs officiellement, et pour ainsi dire, à égalité, parce que membres de la même Association, coopèrent organiquement avec le clergé, cela constituait l'originalité et la nouveauté de l'intuition pallottine. Il ne s'agissait pas d'abord d'une Association ayant une seule tâche précise et limitée, mais d'une Association au sein de laquelle on s'unit par le lien de la charité chrétienne pour chercher en commun à assumer toutes les tâches de l'Église et du monde. En réalité, au-delà d'être un mouvement - de plus - dans l'Église, Pallotti rêvait davantage d'une Église en mouvement, une manière d'être Église, cherchant à animer toutes les autres composantes de l'Église : un programme qui semblait non seulement utopique mais encore prétentieux. Les malentendus vont d'ailleurs conduire à sa dissolution en 1838. Avec patience et persévérance, Pallotti doit défendre sa fondation et clarifier son objectif : " Cette pieuse Union s'appelle Apostolat Catholique, non parce qu'elle prétend posséder l'Apostolat Catholique, mais parce qu'elle entend être de façon permanente dans l'Église de Jésus-Christ comme une trompette évangélique qui appelle tous, invite tous, réveille le zèle et la charité de tous les fidèles, de tout état, de toute classe et condition […] afin que tous, dans tous les temps, avec un zèle toujours croissant et proportionnellement aux divers besoins de cette Église, coopèrent efficacement et constamment aux entreprises évangéliques dudit Apostolat Catholique. " Il obtient du pape Grégoire XVI le maintien de sa fondation. La dénomination sera tout de même changée par les autorités ecclésiastiques quelques années après sa mort car la Congrégation de l'Apostolat Catholique deviendra pour presque tout un siècle une Pieuse Société des Missions (PSM). C'est d'ailleurs sous cette appellation que les Pallottins arriveront au Cameroun en 1890.

 VINCENT PALLOTTI: Un don de dieu à son eglise...

Vincent Pallotti, au travers de son engagement et de sa fondation, apparaît comme le chantre, mieux l'interprète d'une Église vivante et unie. Il est le précurseur de l'apostolat des laïcs. Le pape Paul VI dira de lui à juste titre en 1963: " Il est aujourd'hui évident que Pallotti était le précurseur de l'avenir […] D'un siècle, il a précédé le fait suivant : dans le monde des laïcs, jusqu'à maintenant passif, endormi, timoré et incapable de s'exprimer, il existe des énergies énormes pour servir le bien. Le saint a frappé à la conscience du laïcat, tout comme l'on frappe à la porte, en en libérant des énergies nouvelles. " Déjà à sa mort, une de ses connaissances lui rendait ce vibrant témoignage : " Ce sont des hommes rares, que le Seigneur lui-même forme avec sa grâce, et qu'il envoie dans le monde comme un don au profit de la multitude, et desquels il écrit : Multitudo autem sapientium sanitas est orbis terrarum (La multitude des sages assure le salut du monde. Sg 6,24). "

 les pallottins...

De cette grande œuvre de Pallotti sont nés les Prêtres et Frères Pallottins - et les Sœurs Pallottines - à qui Pallotti confia la mission d'être porteurs et réalisateurs (âme et moteur) de toute l'Union. Les Pallottins, dont le nom officiel est Société de l'Apostolat Catholique (SAC), sont donc une communauté de Prêtres et de Frères séduits par cet idéal de Pallotti. Ils se laissent motiver et guider par cette inspiration originelle, et en même temps essaient de rester fidèles à l'Église et au monde. En d'autres termes, ils s'engagent sur des chemins nouveaux et créent des formes nouvelles d'apostolat selon les besoins réels de lieux et de temps sans pour autant s'éloigner de l'inspiration de Pallotti.
Ayant posé ce regard panoramique sur Vincent Pallotti et son charisme, il devient dès lors plus aisé de répondre à la question de savoir ce qui fait la spécificité des Pallottins. Dans l'Église, quand on pense à un Dominicain, vient à l'esprit le mot " prédication " ; quand on pense à un Franciscain, les mots " pauvreté " et " paix " s'imposent à notre esprit. Quand on pense à un Bénédictin, on y associe les mots " hospitalité " et " liturgie ". Et quand on dit Pallottin, le mot " ensemble " décrit bien comment il devrait être vu par les autres, car il fournit la pleine compréhension de la spécificité du charisme pallottin. En réalité, il ne suffit pas de " faire ", même si chacun fait tout ce qu'il doit et peut faire. Ce qui est au cœur de Pallotti et de sa fondation est le " comment faire ". Et le " comment pallottin " c'est ensemble, c'est-à-dire la coopération avec tous, pour tous et avec tous les moyens nécessaires et opportuns.